ChemCam : 5 petits trous et puis s’en va

                                                                                              ChemCam : 5 petits trous et puis s’en va

Situé à envirion 3,5 m de la cible, l’instrument ChemCam a envoyé 50 impulsions laser par point sur la roche choisie, chacune délivrant une puissance d’1 million de watts chacune pendant environ 5 nanosecondes. Une puissance de l’instrument qui se traduit de manière visible : chaque trou affiche un diamètre de 4 mm alors que celui du laser ne mesure que 0,4 mm.

L’objectif est d’analyser la surface de la roche, pulvérisée et transformée en plasma* sous l’effet du laser. Le télescope de ChemCam capte alors la lumière émise par le plasma et les 3 spectromètres associés analysent le spectre de ce rayonnement afin de déterminer la composition chimique de la cible.

Pourquoi 5 trous ? Pour évaluer la variabilité de composition chimique des roches à courte distance. Et d’après les premières analyses des spectres obtenus, la composition serait similaire d’un trou à l’autre.

La partie optique de ChemCam montée au sommet du mât a été réalisée par l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP) à Toulouse, et les spectromètres, abrités dans le corps du rover, par le Laboratoire nationale de Los Alamos.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
×