Curiosity fait ses 1ers tours de roue

Curiosity fait ses premiers tours de roue

 Le 22 août, le rover a fait ses premiers « pas » sur la planète rouge, en laissant ses empreintes de roues sur les quelques mètres parcourus.

Curiosity « en parfait état de marche »

L’équipe du JPL a confirmé hier que Curiosity avait fait tourner ses roues, comme le montre cette animation.

Animation du 1er test de mouvement d'une roue arrière de Curiosity

Animation du 1er test de mouvement d'une roue arrière de Curiosity. Crédits : NASA/JPL-Caltech

« Nous avons un système de mobilité en parfait état de marche sur notre robot », a déclaré Matt Heverly, responsable des déplacements de Curiosity.

Le robot, qui n’avait pas bougé depuis son arrivée dans le cratère de Gale il y a 16 jours, a avancé d’environ 4 m vers l’avant, avant de pivoter vers sa droite à 90°, puis de faire marche arrière sur quelques m.

Les images acquises après le test par les caméras de navigation montrent les traces de ses roues sur le sol martien.

Panorama montrant les premières traces de roues de Curiosity

Panorama montrant les premières traces de roues de Curiosity. Crédits : NASA/JPL-Caltech

Sur la droite du panorama ci-dessus, on distingue également les marques circulaires laissées par les rétrofusées de la grue aéroportée qui avait déposé le rover sur le sol.

Les premiers pas de Curiosity sur Mars décrypté par Francis Rocard, planétologue au CNES. par CNES

Pete Theisinger s’est félicité du succès de la mission jusqu’ici, tout en restant prudent pour la suite. « Nous sommes au 16e jour d’une mission de 2 ans, nous n’avons pas encore posé notre bras (articulé) sur le sol et nous n’avons pas testé notre capacité à récupérer des échantillons, ce qui est un élément clé de la mission scientifique », a-t-il dit.

Extension du bras robotique de Curiosity

Extension du bras articulé de Curiosity. Crédits : NASA/JPL-Caltech

Premières analyses de ChemCam

En début de semaine, le laser de l’instrument franco-américain visait sa 1ere roche. Un test a été réalisé à l’endroit où les rétrofusées de la grue aéroportée ont soufflé les poussières de surface lors de l’atterrissage et dévoilé des roches.
Cette animation, réalisée à partir d’images acquises avant et après le test,  montrent clairement l’empreinte de l’impulsion laser. La cible se trouvait à 5,8 m du rover.

Animation montrant l'impact d'un test de ChemCam

Animation montrant l'impact d'un test de ChemCam. NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/IRAP

Les 1ers spectres de ChemCam ont été présentés par la NASA et seront présentés et décryptés dans les prochaines heures par les scientifiques français.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
×