Prêt à percer les mystères de Mars

Parcouru par de nombreuses fractures le site John Klein a été choisi pour la 1ere tentative de forage du sol martien par Curiosity. Le détail A révèle une roche « en croûte de pain », aspect caractéristique des roches dont les différentes strates n’ont pas augmenté de volume au même rythme. Le détail B présente une roche typique de la zone, avec des inclusions de veines minérales claires et des concrétions sombres. Le détail C montre une roche noire probablement retombée ici suite à un impact distant.

John Klein fait partie d’une zone plus vaste, Yellowknife bay, un affleurement rocheux plat dans lequel Curiosity a repéré à distance, grâce au laser de l’instrument ChemCam, des niveaux élevés de calcium, de soufre et d’hydrogène.

En s’approchant de la zone, située à quelque 700 m du site d’atterrissage du rover, les caméras de Curiosity ont photographié des veines minérales (flèches blanches) et des concrétions (concentrations sphériques de minéraux, flèches noires). Ce sont des signes manifestes de précipitations minérales à partir d’écoulements d’eau.

Pour Nicolas Mangold, géologue du laboratoire de Planétologie Dynamique de l’université de Nantes et membre de l’équipe ChemCam, « ces veines sont probablement constituées de sulfate de calcium hydraté, comme de la bassinite ou du gypse. Sur Terre, ce type de veine se forme lorsque de l’eau circule dans des fractures de la roche. »Enfin, s’agissant de la formation ressemblant à une jeune pousse de fleur, Aileen Yingst, chercheuse à l’institut de planétologie de Tucson, dans l’Arizona, confirme qu’il s’agit d’une roche sédimentaire parmi d’autres, « signe que cette région de Mars a connu un environnement propice au dépôt de sédiments. »

Vous êtes le 1752ème visiteur

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
×